Celui qui se croit trop petit pour avoir de l'influence n'a jamais dormi avec un moustique...


Chronologie

Bien des choses se sont passées depuis le lancement du mouvement, début mai. En voici un compte-rendu non exhaustif.

2 mai : lancement par Alain De Clerck et François Schreuer [1] d’une pétition sur le web, suivie d’un intense débat local. Ralliement en masse de personnalités et d’acteurs culturels liégeois. Il se trouve par hasard que paraît le jour même un entretien dans lequel Elio Di Rupo déclare à Sud Presse : « Chaque ville a le droit de déposer une candidature : la prochaine ville belge qui pourra devenir capitale de la culture le sera en 2027… Dès que l’appel à candidatures sera officiellement lancé, chaque ville aura 10 mois pour déposer son dossier. Et le meilleur projet l’emportera. »

10 mai : Le premier échevin, Michel Firket (CDH), se déclare favorable à l’initiative « Liège est la meilleure candidature de Wallonie pour prétendre au statut de capitale européenne : son patrimoine, ses outils culturels, son background... [...] Il y a eu trop de calculs, trop de partages... [...] Ce serait bête de ne pas proposer la candidature de Liège alors que le jeu reste ouvert. La donne a changé : Liège a retrouvé de la crédibilité ».

14 mai : Bien que le fédéral n’a aucune compétence en la matière, le premier ministre Yves Leterme déclare au parlement : « Je suis favorable au principe de rotation intrabelge qui, cette fois, donnerait la priorité à une ville francophone de se porter candidate au titre de capitale européenne de la culture en 2015. »

15 mai : Willy Demeyer déclare dans La Meuse : « Même si la pétition en cours recueillait 100.000 signatures, je ne changerais pas d’avis. »

23 mai : première conférence de presse du mouvement, stigmatisant le manque de respect des règles européennes par la Communauté française.

26 mai : alors que la pétition a réuni plus de 7000 signatures en trois semaines, rejet de la proposition par le conseil communal, votant majorité contre opposition, au grand dam des 200 personnes présentes dans la salle pour soutenir la candidature et qui arboraient des nœuds papillons rouges pour marquer leur désapprobation.

27 mai : Jean-Pierre Grafé (CDH) dévoile un coin de la cuisine ragoûtante à laquelle il se livre depuis quelques décennies en déclarant au Soir : « Nous avons promis à Elio Di Rupo de respecter l’accord de 2004 sur Mons 2015 en lui demandant de respecter l’accord sur la réalisation de la liaison autoroutière CHB ». À Liège, on échange la culture contre du béton...

30 mai : Selon La libre Belgique, l’ancien ministre-président de la Région wallonne Robert Collignon se déclare favorable à la candidature de Liège.

10 juin : constitution d’un comité « Liège 2015 ».

21 juin : La rédaction du journal La Province (édition montoise du groupe Sud Presse) ouvre un blog dont il apparaîtra rapidement qu’il est destiné à contrer notre initiative (avec notamment une attaque frontale, qui sera amendée suite au déluge de protestations dans les commentaires).

27 juin : conférence de Jan Hoet sur l’avenir du MAMAC.

30 juin : soirée de lancement de la campagne pour la consultation populaire, lancement du site liege2015.eu.

du 12 au 16 août : présence massive aux fêtes du XV Août. Première grosse rentrée de signatures pour l’appel à la consultation populaire.

10 septembre : publication de l’appel officiel à candidatures (pdf) dans le Moniteur belge.

13 septembre : Elio Di Rupo déclare dans « Le Soir » : « L’appel à candidatures est ouvert à toutes les villes, c’est clair. Pour l’instant, on ne sait pas s’il y aura un ou plusieurs candidats. Nous devrons simplement être les meilleurs. »

15 septembre : lancement du groupe « des 600 » sur Facebook, visant à mobiliser des militants via cet outil. Cette expérience se révèlera peu fructueuse.

16 septembre : inauguration du local de campagne de « Liège 2015 ».

20 septembre : Elio Di Rupo déclare dans La Libre Belgique : « L’Europe veut qu’il n’y ait qu’une seule ville candidate. Et nous souhaitons que ce soit Mons. [...] Liège est une belle ville qui a reçu déjà de nombreux subsides culturels. De plus, elle a bénéficié pour son développement d’aides régionales importantes pour son aéroport, pour Francorchamps et pour Arcelor-Mittal. Charleroi aussi a reçu de telles aides pour son aéroport. Des aides qui viennent de tous les Wallons pour assurer ce développement multipolaire de la Wallonie. Il me paraît normal que la solidarité, cette fois, joue en sens inverse et que tous les Wallons participent au développement de Mons et sa région. Mais nous négocierons aussi un accord de partenariat avec Liège. »

21 septembre : rassemblement en fanfare devant l’opéra, à l’occasion de la séance protocolaire des fêtes de Wallonie.

25 septembre : première irruption de « Liège 2015 » dans le journal « Le Monde », sous la plume de Jean-Pierre Stroobants (lire un extrait).

30 septembre : Fadila Laanan déclare dans Le Soir : « Pour moi, ce sera Mons, c’est évident. Cela a été décidé bien avant mon arrivée et avec le soutien de toutes les parties, y compris le gouvernement fédéral. Je respecte les accords pris par mes prédécesseurs. L’appel à candidatures légal a néanmoins été lancé. Et le meilleur projet sera retenu, je pense. »

8 octobre : interpellation de Fadila Laanan au parlement par le député Jean-Claude Meurens. Elle déclare notamment : « [...] au stade du dépôt de projet, il est demandé aux villes de remplir une fiche appelée « proposition de candidature ». Concrètement, il leur est demandé de répondre aux questions mentionnées dans ladite fiche. La réponse à certaines questions qui y figurent est facultative au stade de la présélection mais devient obligatoire au stade de la sélection. Un dossier complet n’est donc pas exigé à ce stade. »

14 octobre : conférence d’Enrico Lunghi. Passage du cap des 14 000 signatures.

18 octobre : l’objectif des 19.000 n’est pas atteint mais 3 000 personnes se retrouvent dans la Grand-Poste pour faire la fête à Liège 2015. Ralliement du Groland.

20 octobre : publication d’une « carte blanche » dans Le Soir par le bourgmestre Demeyer (nous répliquons le 23).

14 novembre : après quatre mois et demi d’efforts, le cap des 19.000 signatures est franchi.

15 novembre : fête des 19.000 signatures, au Hangar.

17 novembre : la ministre de la culture Fadila Laanan interdit la tenue d’une conférence de presse de « Liège 2015 » au théâtre national de la Communauté française, dont nous avions pourtant obtenu l’autorisation. Démentis de toutes parts.

18 novembre : Liège 2015 fait la « une » du Soir, conférence de presse à Bruxelles.

19 novembre : Publication d’un communiqué appelant à recentrer le débat.

14 décembre : le chiffre de 22.000 signatures d’habitants de la commune de Liège (près de 30.000 au total) est atteint. Il s’agit du chiffre à partir duquel on estime que les 19.000 signatures sont certaines.

17 décembre : conférence de presse commune avec le bourgmestre, l’échevin de la culture et l’échevin des finances annonçant un accord entre le collectif et les autorités politiques prévoyant le retrait de la consultation populaire contre un programme d’investissement dans le secteur culturel à Liège : création d’une institution de soutien aux arts émergents sur le site de la « dentisterie » (Bavière), décentralisation de la cinémathèque royale à Liège, maintien d’une activité de création radiophonique à la RTBF de Liège, programme culturel sur dix ans.

18 décembre : rupture de l’accord annoncé la veille. Les 22.000 signatures sont envoyées par courrier recommandé à la Ville de Liège.

22 décembre : le conseil communal de Liège vote, à l’unanimité, l’organisation d’une consultation populaire d’initiative communale. Celle-ci aura lieu le 22 février, exactement une semaine avant la date limite du dépôt des candidatures. L’échevin de la culture est chargé de travailler sur le dossier de candidature dès à présent.

[1Quelques jours plus tôt, dans un un entretien au journal Le Soir, Alain De Clerck s’était prononcé en faveur de la candidature tandis que François Schreuer sur son blog, dès 2005, avait déjà évoqué une série de thèmes qui seront développés par le mouvement.



Lettre d'info

Pour garder le contact, abonnez-vous à notre lettre d'info